Chapitre 7 : Questions relatives aux médicaments cardiovasculaires

“Divers who take drugs to treat cardiovascular diseases often worry about the drugs’ compatibility with diving. However, in most cases, it is the underlying condition and not the drug that should cause concern.”

Some drugs may have side effects that preclude diving. Divers should be very familiar with the side effects of any drugs they take and should discuss them with their physician — and be sure their physician knows about their diving activities. A one-time clearance to dive does not preclude progression of a disease, so any changes in your health status should prompt another medical examination before you dive again.

Dans ce chapitre, vous apprendrez ce qui suit :


Antiplaquettaires et anticoagulants

Antiplatelets and anticoagulants are two classes of drugs — popularly known as “blood thinners” — that reduce the risk of clot formation and thus the risk of deep vein thrombosis, pulmonary embolism, heart attack and stroke. They may also be prescribed for individuals who have been diagnosed with atrial fibrillation or for those who have had heart-valve surgery or who have received a stent, an implanted pacemaker or an implanted defibrillator. (See other sections for detailed descriptions of these conditions.)

Les caillots se forment lorsque des cellules sanguines appelées plaquettes s'agglutinent, puis que des protéines présentes dans le sang les lient pour former une masse solide. La coagulation est une fonction normale qui limite et arrête les saignements lorsqu'un vaisseau sanguin est blessé. Toutefois, si un caillot se développe de manière incontrôlée ou commence à se déplacer dans le système circulatoire, il représente alors un danger. Les caillots peuvent se loger dans une artère pulmonaire et provoquer une embolie pulmonaire, dans les artères du cœur et provoquer une crise cardiaque, ou dans les vaisseaux du cerveau et provoquer un accident vasculaire cérébral. Tous ces événements peuvent mettre la vie en danger.

Stéthoscope rouge et médicaments anticoagulants

Les antiplaquettaires et les anticoagulants empêchent le sang de coaguler aussi rapidement ou efficacement que d'habitude en empêchant les plaquettes d'adhérer les unes aux autres et en empêchant les protéines de coagulation de se lier entre elles. Ils peuvent même aider à briser les caillots déjà formés.

Antiplaquettaires — such as aspirin and clopidogrel (also known by the brand name Plavix) — work by preventing the platelets from adhering to one another.

Anticoagulants — such as heparin and warfarin (Coumadin) — inhibit the action of the clotting proteins and thus slow down the chemical reactions that lead to the formation of a clot. There were also several new anticoagulants approved between 2010 and 2012, including rivaroxaban (Xarelto), dabigatran (Pradaxa) and apixaban (Eliquis).

The major side effect of all antiplatelets and anticoagulants is excessive bleeding. Those taking such drugs — especially at too high a dosage — may bleed or bruise easily or may experience bleeding that does not stop as quickly as usual.

Précautions particulières concernant la warfarine

Individuals who take warfarin (Coumadin) are generally advised to avoid any activities that may cause abrasions, bruising or cuts — such as contact sports. They are also urged to exercise caution while brushing their teeth and shaving. Even such trivial injuries as insect bites may cause complications in anyone taking warfarin.

There are additional risks involving warfarin particular to diving. Most significantly, there is an appreciable chance of serious injury in any diving environment, despite one’s best efforts to mitigate the risk. Cuts and bruises are unavoidable, for example. And in anyone taking warfarin, a decompression injury or difficulty equalizing ear pressure could cause bleeding in the ears or the spinal cord that would otherwise not occur.

En outre, les voyages et les perturbations alimentaires qui en résultent peuvent interférer dangereusement avec l'action de la warfarine. En outre, les capacités de soins de santé dans de nombreuses destinations de plongée populaires peuvent ne pas être à la hauteur des soins qui seraient nécessaires en cas d'événement indésirable.

Pour toutes ces raisons, il est généralement conseillé à toute personne prenant de la warfarine de ne pas plonger. Néanmoins, de nombreuses personnes qui prennent de la warfarine sont capables de plonger sans complications majeures. La clé pour plonger en toute sécurité lorsqu'on prend de la warfarine est de respecter scrupuleusement les analyses sanguines mensuelles et d'être suivi régulièrement par un médecin. Avec un bon contrôle de l'anticoagulation, le risque de complication hémorragique est assez faible.

According to Dr. Alfred Bove, a dive-medicine specialist, “For divers, the most important question is whether the condition that requires the use of Coumadin or Plavix prohibits diving. In many cases, the illness is over, or chronic but well adjusted, and does not interfere with safe recreational diving. Safe diving with Coumadin or Plavix depends on the absence of illness that would limit diving, careful control of clotting time, avoiding ear or sinus squeeze, and a thorough education on drugs and foods which cause changes in the effects of Coumadin. There are many divers using Coumadin and Plavix safely, but a special effort must be made to understand how to avoid problems of excess or not enough anticoagulation.”


Statines

Statins are a class of drugs prescribed to lower high blood cholesterol and thus prevent heart attack and stroke. They reduce both LDL cholesterol (“bad cholesterol”) and inflammation in the arteries. Statins work by inhibiting a liver enzyme that is involved in the production of cholesterol. Though they are most effective at lowering LDL cholesterol, they may also contribute to raising HDL cholesterol (“good cholesterol”).

Common statins include the following — listed first by their generic name and, in parentheses, their brand name:

  • Atorvastatine (Lipitor)
  • Cholestipol (Cholestid)
  • Chlorhydrate de colesevalam (Welchol)
  • Fluvastatine (Lescol)
  • Lovastatine (Mevacor)
  • Ezétimibe (Zetia)
  • Ezétimibe associé à la simvastatine (Vytorin)
  • Fénofibrate (Tricor)
  • Pravastatine (Pravachol)
  • Rosuvastatine (Crestor)
  • Simvastatine (Zocor)

Les essais cliniques parrainés par les entreprises qui fabriquent ces médicaments ont révélé des effets secondaires rares et bénins. Cependant, dans un essai soigneusement conçu, appelé IDEAL, près de 90 % des sujets ont signalé des effets secondaires, dont près de la moitié étaient graves. Les effets indésirables des statines qui ont été relevés dans la littérature médicale et qui pourraient interférer avec la plongée sont les suivants :

  • Dyspnée (gêne ou difficulté à respirer)
  • Douleurs musculaires
  • Complications du tendon
  • Problèmes digestifs
  • Éruption cutanée ou bouffées vasomotrices
  • Augmentation de la glycémie ou diabète de type 2
  • Dysfonctionnement cognitif (certaines études rapportent que jusqu'à 75 % des personnes sous statines ont présenté un dysfonctionnement cognitif jugé probablement ou certainement lié au traitement par statines ; la gravité des déficits cognitifs était clairement liée à la puissance des statines).
  • Fatigue (près de la moitié des personnes interrogées dans le cadre d'une étude réalisée en 2012 ont fait état d'une augmentation significative de la fatigue liée à la prise de statines).

L'effet secondaire le plus courant des statines est la douleur musculaire. Elle survient chez environ 20 % des personnes prenant des statines. Ces douleurs peuvent prendre la forme de courbatures, de douleurs, de fatigue ou de faiblesse musculaire. La douleur est parfois décrite comme une légère gêne, mais elle est parfois suffisamment grave pour rendre les activités quotidiennes difficiles. Les scientifiques pensent que l'apparition de la douleur est due au fait que les statines bloquent la production d'une molécule utilisée par l'organisme pour générer de l'énergie, appelée CoQ10 ; des essais cliniques sont actuellement en cours pour déterminer si la prise de suppléments de CoQ10 peut prévenir cet effet secondaire. La prise systématique de suppléments de CoQ10 n'est toutefois pas recommandée, même si elle ne pose guère de problèmes de sécurité.

Dans de très rares cas, les statines peuvent entraîner une sorte de lésion musculaire potentiellement mortelle appelée rhabdomyolyse ; elle provoque des douleurs musculaires intenses et peut entraîner des lésions hépatiques, une insuffisance rénale et la mort. La rhabdomyolyse est particulièrement susceptible de se produire chez les personnes qui prennent des statines en association avec d'autres médicaments tels que des antibiotiques et des antidépresseurs, ou chez celles qui prennent une dose élevée de statines.

Certaines personnes qui prennent des statines peuvent avoir des nausées, des gaz, des diarrhées ou de la constipation. Ces effets secondaires sont rares.

Une éruption cutanée ou des bouffées de chaleur peuvent également survenir après la prise d'une statine. Ce phénomène est plus susceptible de se produire chez les personnes qui prennent une statine et de la niacine ensemble, soit dans une pilule combinée telle que Simcor, soit dans deux médicaments distincts.

The FDA warns on statin labels that some people taking statins have developed memory loss or confusion; these effects are reversed when the medication is halted. Conversely, there has also been evidence that statins may help with brain function — in patients with dementia or Alzheimer’s, for example. This effect is still being studied.

Mais quels que soient les effets secondaires que les personnes prenant des statines peuvent ressentir, il est important qu'elles n'arrêtent pas de prendre le médicament sans en parler à leur médecin. Il est également important que les personnes qui prennent des statines minimisent les changements dans leur mode de vie, leur régime alimentaire et les médicaments en vente libre, en particulier pendant les voyages liés à la plongée.

Les facteurs de risque des effets secondaires des statines sont les suivants :

  • Prise de plusieurs médicaments hypocholestérolémiants
  • Être âgé de 65 ans ou plus, être une femme ou avoir une plus petite corpulence
  • une maladie des reins ou du foie ou un diabète de type 1 ou 2
  • Boire trop d'alcool (plus de deux verres par jour pour les hommes de 65 ans et moins ou plus d'un verre par jour pour les femmes de tous âges et les hommes de plus de 65 ans).

En outre, les problèmes sont plus probables chez les personnes qui prennent à la fois des statines et les médicaments suivants :

  • Les antipaludéens, tels que la chloroquine et l'hydroxychloroquine (Plaquenil).
  • Médicaments pour la thyroïde

Effet sur la plongée

Bien que les effets secondaires de certaines statines puissent interférer avec la plongée, elles peuvent néanmoins avoir des effets bénéfiques sur la santé en général.

One of the effects of statins is an increase in the body’s production of nitric oxide. This helps to preserve the integrity of the endothelium (the inner lining of the blood vessels), to reduce injury from ischemia and/or reperfusion (a procedure that restores circulation after a heart attack or stroke) and to depress interdependent inflammatory and coagulation activity — all of which could provide protection against decompression sickness (DCS). On the other hand, a study of healthy divers who took either a statin or a placebo several days before a dive found no difference in their risk of postdive venous gas bubbles. Thus taking statins specifically to prevent DCS does not appear to offer any benefit, especially in view of the possibility of adverse side effects.

If you are over age 45 and are already taking statins for medical reasons, you need to answer “yes” to at least two questions on the Recreational Scuba Training Council (RSTC) Medical Statement (see the “Physical Activity Recommendations” section for details regarding this form):

Q : Prenez-vous actuellement des médicaments sur ordonnance ? (à l'exception des contraceptifs et des antipaludéens) ?

Q : Avez-vous plus de 45 ans et pouvez-vous répondre OUI à une ou plusieurs des questions suivantes ?

  • Avoir un taux de cholestérol élevé

Ces deux réponses positives signalent une condition préexistante qui peut affecter votre sécurité pendant la plongée et qui nécessite un examen médical approfondi pour vérifier la présence d'autres facteurs de risque ou de signes de maladie cardiovasculaire. En effet, toute personne âgée de plus de 45 ans, présentant un risque élevé de problèmes cardiaques ou des signes de maladie cardiovasculaire devrait consulter un médecin au moins une fois par an.

Il convient également de noter qu'une autorisation unique de plonger n'empêche pas l'évolution d'une maladie, de sorte que tout changement de votre état de santé doit entraîner un nouvel examen médical avant de plonger à nouveau. Les plongeurs doivent également être conscients du fait qu'ils peuvent être amenés à remplir une nouvelle déclaration médicale du RSTC avant toute plongée et que l'autorisation de plonger peut leur être refusée sur la base de leurs réponses. Toutefois, la plupart des opérateurs de plongée acceptent la preuve d'un certificat médical récent pour la plongée. Si vous avez le moindre doute sur votre aptitude à plonger, discutez-en à l'avance avec votre organisateur de plongée.


Antihypertenseurs

Il existe un certain nombre de médicaments qui peuvent être utilisés pour réduire l'hypertension (également appelée pression artérielle élevée). Leurs effets secondaires varient, de sorte que certains conviennent mieux que d'autres aux plongeurs.

Bêta-bloquants

Beta blockers are commonly prescribed to treat hypertension, but they have a big drawback for divers: They can reduce the heart’s capacity for exercise. If a medication restricts the heart’s function during exercise, then there is an increased risk of loss of consciousness, which could prove fatal while diving.

Because of this effect, doctors often recommend that those who take beta blockers undergo a stress test before diving. According to Dr. Alfred Bove, a dive-medicine specialist, divers who take beta blockers but who can achieve a strenuous level of exercise without severe fatigue can be cleared for diving. Bove also points out that although diving does not usually represent the maximum workload on an individual’s heart, anyone who takes beta blockers should avoid extreme exercise because their maximum exercise capacity may be reduced.

Inhibiteurs de l'ECA

Drugs known as ACE (angiotension-converting enzyme) inhibitors have less effect on exercise capacity than beta blockers, so many doctors prescribe them for people who exercise frequently. But although ACE inhibitors seem to have fewer adverse effects, they can lead to a cough or to airway swelling — conditions that could cause severe problems underwater. If a cough related to ACE-inhibitor use persists, many physicians will recommend a different medication. ACE inhibitors should also be avoided by anyone with kidney disease.

Bloqueurs du canal calcique

Calcium channel blockers don’t typically pose problems for divers; they relax the walls of the blood vessels, reducing resistance to the flow of blood and thus lowering blood pressure. However, some individuals who take calcium channel blockers, especially in moderate doses, find that a change of position from sitting or lying down to standing causes a drop in blood pressure and thus momentary dizziness. This effect may be cause for concern in divers, but calcium channel blockers appear to have no other adverse implications for diving.

Diurétiques

Diuretics reduce the amount of excess water and salt in the body; the decline in the volume of bodily fluids results in a lowering of the blood pressure. Divers seem to have very little trouble with diuretics, although in very warm environments, they may cause excessive water loss and thus dehydration. Because dehydration seems to contribute to the risk of decompression sickness, divers may want to reduce their diuretic dosage on days that they engage in diving — though they should check with their doctor before doing so.


Antiarythmiques

Les antiarythmiques sont conçus pour aider le cœur à maintenir un rythme stable. Le Dr Alfred Bove, spécialiste de la médecine de plongée, avertit que certains antiarythmiques, lorsqu'ils sont associés à l'exercice physique et à une baisse du taux de potassium, peuvent augmenter le risque de lésions cardiaques. Bien que ces médicaments n'interfèrent normalement pas avec la plongée, l'arythmie pour laquelle le médicament est pris peut elle-même empêcher la pratique de la plongée en toute sécurité. Une consultation approfondie avec un cardiologue et un spécialiste de la médecine de plongée est essentielle si vous prenez des médicaments pour contrôler un rythme cardiaque anormal et que vous souhaitez envisager de plonger.

Suivant : Lectures complémentaires et sources >

Lectures complémentaires et sources

2008 Physical Activity Guidelines for Americans (Directives d'activité physique pour les Américains). Département américain de la santé et des services sociaux.

“2013 ACC/AHA guideline on the assessment of cardiovascular risk: A report of the American College of Cardiology/American Heart Association Task Force on Practice Guidelines” by D.C. Goff et al. Circulation; juin 2014 ; Vol. 129, No. 25, Suppl. 2 ; pages S49-S73.

“2013 AHA/ACC guideline on lifestyle management to reduce cardiovascular risk: A report of the American College of Cardiology/American Heart Association Task Force on Practice Guidelines” by R.H. Eckel et al. Circulation; juin 2014 ; Vol. 29, No. 25, Suppl. 2 ; pages S76-S99.

“About High Blood Pressure.” American Heart Association.

“Age-predicted maximal heart rate revisited” by H. Tanaka et al. Journal du Collège américain de cardiologieJanvier 2001 ; Vol. 37, No. 1 ; pages 153-156.

Évaluation du risque cardiovasculaire : examen systématique des données probantes par le groupe de travail sur l'évaluation du risque, 2013. Département américain de la santé et des services sociaux.

“Assessing your weight and health risk.” National Heart, Lung, and Blood Institute.

“Cardiac effects of water immersion in healthy volunteers” by D.E. Smith et al. EchocardiographieJanvier 1998 ; Vol. 15, No. 1 ; pages 35-42.

“Cardiovascular autonomic control during short-term thermoneutral and cool head-out immersion” by L. Mourot et al. Aviation, espace et médecine environnementaleJanvier 2008 ; Vol. 79, No. 1 ; pages 14-20.

“Cardiovascular evaluation of middle-aged/senior individuals engaged in leisure-time sport activities: Position stand from the Sections of Exercise Physiology and Sports Cardiology of the European Association of Cardiovascular Prevention and Rehabilitation” by M. Borjesson et al. European Journal of Cardiovascular Prevention & Rehabilitation (Journal européen de la prévention et de la réadaptation cardiovasculaires)Juin 2011 ; Vol. 18, No. 3 ; pages 446-458.

“Compendium of physical activities: An update of activity codes and MET intensities” by B.E. Ainsworth et al. Médecine et sciences du sport et de l'exerciceSeptembre 2000 ; Vol. 32, No. 9, Suppl. ; pages S498-S504.

“Contribution of abdomen and legs to central blood volume expansion in humans during immersion” by L.B. Johansen et al. Journal de physiologie appliquéeSeptembre 1997 ; Vol. 83, No. 3 ; pages 695-699.

Plongée et médecine subaquatique par C. Edmonds et al. CRC Press ; 2ème édition, 4ème impression ; 1990 ; page 85.

“The effect of Mediterranean diet on metabolic syndrome and its components: A meta-analysis of 50 studies and 534,906 individuals” by C.M. Kastorini. Journal du Collège américain de cardiologieMars 2011 ; Vol. 57, No. 11 ; pages 1299-1313.

“Effects of water immersion to the neck on pulmonary circulation and tissue volume in man” by R. Begin et al. Journal de physiologie appliquéeMars 1976 ; Vol. 40, No. 3 ; pages 293-299.

“Energetics of underwater swimming with scuba” by D.R. Pendergast et al. Médecine et sciences du sport et de l'exerciceMai 1996 ; Vol. 28, No. 5 ; pages 573-580.

“Exercise and acute cardiovascular events: Placing the risks into perspective: A scientific statement from the American Heart Association Council on Nutrition, Physical Activity, and Metabolism and the Council on Clinical Cardiology” by P.D. Thompson et al. CirculationMai 2007 ; Vol. 115, No. 17 ; pages 2358-2368.

“Exercise intensity inferred from air consumption during recreational scuba diving” by P. Buzzacott et al. Journal de la plongée et de la médecine hyperbare; juin 2014 ; Vol. 44, No. 2 ; pages 74-78.

“Hemodynamic changes induced by recreational scuba diving” by A. Boussuges et al. CoffreMai 2006 ; Vol. 129, No. 5 ; pages 1337-1343.

“How much physical activity do adults need?” Centers for Disease Control and Prevention.

“The incidence of primary cardiac arrest during vigorous exercise” by D.S. Siscovick et al. New England Journal of Medicine (en anglais)Octobre 1984 ; Vol. 311, No. 14 ; pages 874-877.

“Medical screening of recreational divers for cardiovascular disease: Consensus discussion at the Divers Alert Network Fatality Workshop” by S.J. Mitchell and A.A. Bove. Médecine sous-marine et hyperbare; juillet-août 2011 ; Vol. 38, No. 4 ; pages 289-296.

“Oxygen consumption in underwater swimming” by J.V. Dwyer and E.H. Lanphier. Navy Experimental Diving Unit Report; December 1954; pages 14-54.

“Oxygen uptake studies of divers when fin swimming with maximum effort at depths of 6-176 feet” by J.B. Morrison. Médecine aérospatialeOctobre 1973 ; Vol. 44, No. 10 ; pages 1120-1129.

“Prevalence, incidence and lifetime risk of atrial fibrillation: The Rotterdam study” by J. Heeringa et al. European Heart Journal; April 2006; Vol. 27, No. 8; pages 949–953.

“Primary and secondary prevention of coronary artery disease” by T.N. Mohamad. Medscape.com; September 2014.

“RSTC medical statement.” Recreational Scuba Training Council, Inc. 2007.

“Safety of sports for athletes with implantable cardioverter-defibrillators: Results of a prospective, multinational registry” by R. Lampert et al. Circulation. Mai 2013 ; Vol. 127, No. 20 ; pages 2021-2030.

“Scuba injury death rate among insured DAN members” by P.J. Denoble et al. Journal de la plongée et de la médecine hyperbare. Décembre 2008 ; Vol. 38, No. 4 ; pages 182-188.

“Triggering of acute myocardial infarction by heavy physical exertion. Protection against triggering by regular exertion. Determinants of Myocardial Infarction Onset Study Investigators” by M.A. Mittleman et al. New England Journal of Medicine (en anglais)Décembre 1993 ; Vol. 329, No. 23 ; pages 1677-1683.

Oreilles et plongée

Les blessures à l'oreille sont la principale cause de blessures chez les plongeurs. Beaucoup de ces blessures peuvent être facilement évitées. L'ouvrage de référence Ears & Diving examine l'anatomie complexe de l'oreille, les techniques d'égalisation appropriées, les symptômes des blessures, les conditions médicales et l'importance d'une bonne hygiène auditive dans les soins préventifs et la gestion de cet organe vital.

In this book, you’ll learn about:


Crédits :

Petar Denoble, MD, DSc – Managing Editor
James Chimiak, MD – Editor

Chapitre 1 : Informations clés

L'oreille est un organe complexe qui permet l'orientation dans l'espace, les activités physiques quotidiennes et la communication sociale. Bien que l'anatomie de l'oreille puisse être intimidante dans une certaine mesure, nous avons essayé de fournir une image simplifiée mais explicative afin d'améliorer votre compréhension des processus importants pour la plongée.

L'égalisation de la pression dans l'oreille moyenne est la compétence la plus importante pour les plongeurs. Si elle n'est pas maîtrisée correctement, les plongeurs peuvent être blessés et parfois handicapés de façon permanente. Chez les plongeurs dont les oreilles sont saines, le barotraumatisme auriculaire peut être évité. Les plongeurs doivent consacrer du temps et des efforts à la maîtrise des techniques d'égalisation.

Dans ce chapitre, vous apprendrez ce qui suit :


Anatomie de l'oreille

L'oreille est l'organe de l'audition et de l'équilibre. Elle consiste en une cavité dans la structure du crâne, tapissée de tissus mous, qui renferme trois espaces distincts remplis d'air ou de liquide (oreille externe, moyenne et interne) ; ces espaces distincts abritent à la fois des mécanismes de transmission du son et des appareils sensoriels.

Structure

L'oreille externe comprend le pavillon et le conduit auditif jusqu'au tympan, qui la sépare de l'oreille moyenne. Le revêtement de l'oreille externe est constitué d'une peau riche en glandes qui produisent le cérumen.

L'oreille moyenne est une cavité située dans l'os temporal et tapissée d'une fine couche de tissu semblable à celle que l'on trouve dans le nez et la gorge. Elle est séparée du conduit auditif par le tympan et reliée à la gorge par la trompe d'Eustache. Elle comprend trois os minuscules (osselets auditifs) formant la chaîne attachée au tympan d'un côté et à la membrane de la fenêtre ovale du côté de l'oreille interne. L'espace de l'oreille moyenne est rempli d'air à la pression ambiante, qui doit être égalisé lorsque la pression ambiante change (comme c'est le cas en plongée ou en vol). Pour ce faire, on fait entrer ou sortir l'air par les trompes d'Eustache, qui relient la gorge à l'oreille moyenne, en utilisant des techniques d'égalisation telles que la manœuvre de Valsalva.

L'oreille interne, ou labyrinthe, comprend la cochlée (organe de l'audition), le vestibule et les canaux semi-circulaires (organes de l'équilibre). La cochlée et le vestibule sont à l'origine des nerfs auditifs et vestibulaires.

Fonction

Les ondes de pression transmises par l'air ou l'eau sont acheminées par le pavillon et le conduit auditif jusqu'à la membrane tympanique. Les ondes de pression font vibrer la membrane tympanique, ce qui entraîne le déplacement simultané des osselets auditifs. L'étrier (le dernier os de la chaîne) frappe la fenêtre ovale de la cochlée. Comme il s'agit d'un système fermé, lorsque la fenêtre ovale est poussée vers l'intérieur, la fenêtre ronde est poussée vers l'extérieur. Le liquide contenu dans la cochlée transmet les ondes de pression au nerf auditif qui, à son tour, envoie au cerveau des signaux qui sont interprétés comme des sons.

Certaines parties du vestibule sont des projections connues sous le nom de canaux semi-circulaires. Le liquide contenu dans ce système se déplace en fonction des mouvements de la tête. À l'intérieur des canaux semi-circulaires se trouvent des structures ressemblant à des cheveux, appelées cils. Les cils détectent les mouvements du liquide dans les canaux et envoient les signaux par l'intermédiaire des nerfs vestibulaires au cerveau, où le mouvement est interprété et utilisé pour déterminer la position de la tête dans l'espace tridimensionnel.


Égalisation des oreilles moyennes

L'égalisation de l'oreille moyenne est une compétence de base du plongeur qui permet d'égaliser la pression dans les sinus et les espaces de l'oreille moyenne avec la pression ambiante.

La procédure en pratique

Au fur et à mesure que les plongeurs descendent dans la colonne d'eau, la pression environnementale augmente de façon linéaire à raison d'une demi-livre par pouce carré (PSI) pour chaque pied (0,1 kg/cm2 for each meter) and transmits across the body tissues and fluids. Boyle’s law describes how the volume of the gas decreases when pressure increases, if the amount (mass) of gas and the temperature remain the same. The middle ear is a rigid cavity with the exception of the eardrum. So when pressure increases, the only way for the volume to decrease is the bowing of the eardrum toward the middle-ear cavity (unless gas is added to the space). After the eardrum stretches to its limits, further reduction of middle-ear cavity volume is not possible; if descent continues, the pressure in the middle-ear cavity remains lower than its surroundings. Modest pressure difference will cause leakage of fluid and bleeding from the eardrum and mucosa lining the middle-ear cavity (ear barotrauma O’Neil grade 1). When the pressure difference reaches 5 PSI (0.35 bar), the eardrum may rupture in some divers; at a pressure difference greater than 10 PSI (0.75 bar), rupture will occur in most divers (ear barotrauma O’Neil grade 2). In addition, sudden and large pressure changes may cause inner-ear injury.

Vous comprenez maintenant pourquoi, pendant la descente, vous devez laisser entrer plus de gaz dans votre oreille moyenne pour maintenir le volume du gaz constant et égaliser la pression. Une oreille moyenne normale n'a qu'une seule communication physique avec la source de gaz supplémentaire : la trompe d'Eustache, qui est reliée à la cavité nasale (rhinopharynx). Dans des circonstances normales, les trompes d'Eustache sont fermées, mais chaque fois que nous avalons ou bâillons, les muscles de notre gorge permettent une petite ouverture transitoire qui suffit à ventiler notre oreille moyenne et à compenser la pression.

Nothing challenges our ears and Eustachian tubes more than scuba and breath-hold diving. To become a safe scuba diver and avoid middle-ear injuries, it is essential that you understand the effects of Boyle’s law and learn how to actively let air into your middle ears via the Eustachian tubes. In the following sections, you will find different equalization techniques for you to try.

Lors de l'ascension, la pression environnante diminue et la pression dans l'oreille moyenne reste plus élevée si le gaz n'a aucun moyen de quitter la cavité de l'oreille moyenne. Lorsque la pression dans l'oreille moyenne dépasse la pression environnante de 15 à 80 centimètres d'eau (cm H2O), ce qui correspond à une montée dans l'eau de 0,5 à 2,5 pieds, les trompes d'Eustache s'ouvrent et le surplus de gaz s'échappe. Si vos oreilles ne s'égalisent pas à la même vitesse et que la différence de pression atteint environ 66 cm H2O (2 pieds), un vertige dû à un stimulus de pression inégale (vertige alternobarique) peut se produire.

Les infections des voies respiratoires supérieures, le rhume des foins, les allergies, l'inhalation de médicaments, le tabagisme ou une déviation de la cloison nasale peuvent compromettre l'égalisation. Lorsqu'elles sont correctement employées, les techniques suivantes sont efficaces pour le squeeze de l'oreille moyenne et des sinus chez les sujets sains.

Techniques d'égalisation

Passive : Ne nécessite aucun effort. Se produit pendant l'ascension.

Ouverture volontaire des trompes: Essayez de bâiller ou de remuer la mâchoire. Jusqu'à 30 % des plongeurs parviennent à maîtriser cette technique.

Manœuvre de Valsalva:Pincez vos narines et soufflez doucement par le nez.

Manœuvre de Toynbee:Pincez vos narines et déglutissez (bonne technique si une égalisation est nécessaire pendant la montée).

Manœuvre de Frenzel:Pincez vos narines tout en contractant les muscles de votre gorge et faites le son de la lettre "k".

Technique de Lowry:Pincez vos narines et essayez doucement de souffler de l'air par le nez tout en avalant (pensez à la manœuvre de Valsalva et à la manœuvre de Toynbee).

Technique d'Edmonds:Poussez votre mâchoire vers l'avant et effectuez la manœuvre de Valsalva ou la manœuvre de Frenzel.

La manœuvre de Toynbee est une technique efficace pour égaliser les oreilles pendant l'ascension.

Conseils pour l'égalisation

  1. Avant la descente, alors que vous êtes en flottabilité neutre, sans air dans votre dispositif de contrôle de la flottabilité (BCD), gonflez doucement vos oreilles à l'aide de l'une des techniques énumérées. Vous aurez ainsi un peu plus d'air dans l'oreille moyenne et les sinus pendant la descente.
  2. Descendez les pieds en premier, si possible. Cela permet à l'air de remonter dans la trompe d'Eustache et l'oreille moyenne, une direction plus naturelle. Utilisez une ligne de descente ou la ligne d'ancrage pour contrôler la vitesse de descente.
  3. Gonflez légèrement vos oreilles tous les quelques mètres pendant les 10 à 15 premiers mètres.
  4. La douleur n'est pas acceptable. S'il y a de la douleur, c'est que vous êtes descendu sans égaliser correctement. Remontez de quelques mètres jusqu'à ce que la douleur cesse.
  5. Si vous ne sentez pas vos oreilles s'ouvrir, arrêtez-vous et réessayez ; il se peut que vous deviez monter de quelques pieds pour diminuer la pression autour de vous. Ne rebondissez pas de haut en bas.
  6. Il peut être utile d'incliner l'oreille bloquée vers la surface.
  7. Si vous ne parvenez pas à égaliser, interrompez la plongée. Les conséquences d'une descente sans égalisation peuvent gâcher tout un voyage de plongée ou causer des dommages permanents et une perte d'audition.
  8. Decongestants and nasal sprays may be used prior to diving to reduce swelling in the nasal and ear passages. If your doctor agrees with your decision to use decongestants, take them one to two hours before descent. They should last from eight to 12 hours, so you don’t need to take a second dose before a repetitive dive. Nasal sprays should be used approximately 30 minutes before descent and usually last 12 hours. Take caution when using over-the-counter nasal sprays; repeated use can cause a rebound reaction resulting in increased congestion and possible reverse block on ascent. Decongestants may have side effects. Do not use them before dive if you do not have previous experience.
  9. Si, à n'importe quel moment de la plongée, vous ressentez une douleur, un vertige ou une perte soudaine d'audition, interrompez la plongée. Si ces symptômes persistent, ne replongez pas et consultez votre médecin.

Suivant : Chapter 2 – Injuries >

Chapitre 2 : Blessures

Les blessures à l'oreille sont la principale cause de morbidité chez les plongeurs. La blessure la plus courante est le barotraumatisme de l'oreille moyenne (MEBT). La plupart des cas de MEBT sont bénins, guérissent spontanément et ne sont jamais signalés. Dans les cas plus graves, les plongeurs consultent un médecin et certains appellent le DAN. Diverses études indiquent que plus de 50 % des plongeurs ont subi au moins une fois un MEBT. En revanche, seuls 4,4 % des plongeurs sont victimes d'un SCD au cours de leur vie.

Les plongeurs souffrent de diverses autres lésions de l'oreille, dont beaucoup peuvent être évitées, comme le montre le chapitre suivant.

Dans ce chapitre, vous apprendrez ce qui suit :


Barotraumatisme de l'oreille moyenne

Le barotraumatisme de l'oreille moyenne est l'accumulation de liquide et de sang dans l'oreille moyenne ou la rupture du tympan à la suite d'un défaut d'égalisation de la pression dans l'espace aérien de l'oreille moyenne au cours d'une plongée ou d'un vol.

Mécanismes

The air pressure in the tympanic cavity­ — air-filled space in the middle ear — must be equalized with the pressure of the surrounding environment. The Eustachian tube connects the throat with the tympanic cavity and provides passage for gas when pressure equalization is needed. This equalization normally occurs with little or no effort. Various maneuvers, such as swallowing or yawning, can facilitate the process.

Une obstruction de la trompe d'Eustache peut entraîner une incapacité à réaliser l'égalisation, en particulier au cours d'une descente lorsque la pression change rapidement. Si la pression dans la cavité tympanique est inférieure à la pression des tissus environnants, ce déséquilibre entraîne un vide relatif dans l'espace de l'oreille moyenne. Il provoque un gonflement des tissus, un gonflement du tympan vers l'intérieur, une fuite de liquide et une hémorragie due à la rupture de vaisseaux. À un certain moment, une tentative active d'égalisation est inutile et une manœuvre de Valsalva énergique peut en fait blesser l'oreille interne. Finalement, le tympan peut se rompre, ce qui soulagera probablement la douleur associée à la MEBT, mais il s'agit d'une issue à éviter dans la mesure du possible.

Factors that can contribute to the development of MEBT include the common cold, allergies or inflammation — conditions that can cause swelling and may block the Eustachian tubes. Poor equalization techniques or too rapid descent may also contribute to development of MEBT.

Les manifestations

Les plongeurs qui ne parviennent pas à équilibrer la pression de l'oreille moyenne pendant la descente ressentent d'abord une gêne dans les oreilles (oreilles bouchées) qui peut évoluer vers une douleur intense. La poursuite de la descente ne fait qu'intensifier la douleur, qui est bientôt suivie d'une accumulation de liquide séreux et d'une hémorragie dans l'oreille moyenne. Avec la poursuite de la descente, le tympan peut se rompre, ce qui soulage la douleur ; cette rupture peut provoquer des vertiges, une perte d'audition et une exposition à des infections.

Prise en charge

Pendant la plongée : Si vous ressentez une gêne au niveau de l'oreille pendant la descente, vous devez arrêter la descente et tenter une égalisation. Si nécessaire, remontez de quelques pieds pour permettre l'égalisation. Si l'égalisation ne peut être réalisée, vous devez mettre fin à la plongée en toute sécurité.

Premiers soins : When feeling fullness in one’s ears after diving, abstain from further diving. Use a nasal decongestant spray or drops. This will reduce the swelling of nasal mucosa and Eustachian tube mucosa, which may help to open the Eustachian tube and drain the fluid from the middle ear. Do not put any drops in your ear.

Traitement : Consultez un médecin en cas d'écoulement de liquide ou de sang dans le conduit auditif ou si la douleur et la plénitude de l'oreille durent plus de quelques heures. En cas de vertiges et d'étourdissements, qui peuvent être le symptôme d'un barotraumatisme de l'oreille interne, vous devez consulter d'urgence un médecin. Les vertiges et les nausées graves survenant après la plongée nécessitent des soins médicaux d'urgence.

Aptitude médicale à plonger

La reprise de la plongée peut être envisagée si un médecin détermine que la blessure est guérie et que la trompe d'Eustache est fonctionnelle.

Prévention

  • Ne pas plonger en cas de congestion ou de rhume.
  • Descendez lentement. Si vous ne parvenez pas à égaliser après quelques tentatives, mettez fin à la plongée en toute sécurité afin d'éviter des blessures importantes qui pourraient vous empêcher de plonger le reste de la semaine.

Rupture de la membrane tympanique (tympan perforé)

La perforation de la membrane tympanique est une déchirure du tympan, qui peut se produire lors d'une plongée sous-marine en raison d'un défaut d'équilibrage de la pression dans l'oreille moyenne.

Mécanisme

La membrane tympanique (MT) est un tissu qui sépare l'oreille externe de l'espace de l'oreille moyenne. Elle est attachée à une chaîne de petits os (osselets auditifs) situés dans l'oreille moyenne. La membrane tympanique sert également de barrière entre l'espace stérile de l'oreille moyenne et le milieu ambiant.

La rupture du tympan peut être provoquée par une descente sans égalisation de la pression dans l'oreille moyenne, par une manœuvre de Valsalva énergique, par une explosion, par un coup sur l'oreille ou la tête, ou par un traumatisme acoustique. Elle s'accompagne généralement de douleurs ; la rupture soulage la pression (et la douleur) dans l'oreille moyenne et peut être suivie de vertiges. Il peut y avoir un saignement dans le conduit auditif.

Les embouteillages, une formation insuffisante et des taux de descente excessifs sont autant de facteurs qui y contribuent.

Les manifestations

  • Douleur à l'oreille pendant la descente qui s'arrête soudainement
  • Écoulement clair ou sanglant de l'oreille
  • Perte auditive
  • Bourdonnements d'oreille (acouphènes)
  • Sensation de tournoiement (vertige)
  • Nausées ou vomissements pouvant résulter d'un vertige

Prise en charge

La plupart des tympans perforés guérissent spontanément en quelques semaines. Il peut être nécessaire de traiter la congestion nasale et sinusale. Si la déchirure ou le trou dans le tympan ne guérit pas spontanément, le traitement comprendra des procédures pour fermer la perforation. Il peut s'agir de

  • Patch pour tympan : Un spécialiste ORL peut sceller la déchirure ou le trou à l'aide d'un pansement en papier. Il s'agit d'une procédure en cabinet au cours de laquelle l'ORL applique un produit chimique sur les bords de la déchirure pour stimuler la croissance, puis applique un patch de papier sur le trou pour fournir une structure de soutien à la croissance du tissu du tympan.
  • Chirurgie : Les grandes anomalies du tympan peuvent être réparées par une intervention chirurgicale (tympanoplastie). Un chirurgien ORL prélève un minuscule morceau de votre propre tissu et le place sur le trou dans le tympan. Cette intervention est réalisée en ambulatoire, ce qui signifie que vous pouvez généralement rentrer chez vous le jour même, à moins que votre état de santé ne nécessite une hospitalisation plus longue.

Pour obtenir une recommandation d'ORL dans votre région, envoyez un courriel à l'adresse suivante  ou appeler la ligne d'information médicale DAN au +1 (919) 684-2948.

Aptitude médicale à plonger

Si votre médecin estime que la cicatrisation est solide et qu'il n'y a aucun signe de problèmes liés à la trompe d'Eustache, vous pouvez reprendre la plongée dans les mois qui suivent. Les perforations chroniques qui ne guérissent pas sont une contre-indication à la plongée.

Prévention

Ne plongez pas en état de congestion. Maintenez un taux de descente confortable et égaliser si nécessaire.

O’Neill Grading System

The O’Neill grading system is a new way to grade the severity of middle-ear barotrauma. It is simplified and is expected to provide more consistent diagnosis with sufficient details to direct the treatment.

Grade 0
Dysfonctionnement de la trompe d'Eustache

  • Photo de référence montrant l'aspect anatomique de la MT avant l'exposition à la pression
  • Symptômes sans changement anatomique (pas de traumatisme) par rapport à la ligne de base

Première année
Barotraumatisme

  • Augmentation de l'érythème par rapport à la ligne de base
  • Trappe de liquide ou d'air (bulle visible) dans l'espace de l'oreille moyenne

Niveau 2
Barotraumatisme

  • Saignement dans la membrane tympanique ou dans l'espace de l'oreille moyenne
  • Perforation

Barotraumatisme de l'oreille interne

Le barotraumatisme de l'oreille interne est une lésion de l'oreille interne due à des différences de pression provoquées par une égalisation incomplète ou forcée. Une fuite du liquide de l'oreille interne peut ou non se produire.

Mécanismes de la lésion

L'oreille interne est séparée du monde extérieur par l'oreille moyenne. C'est l'organe de l'audition et de l'équilibre. Lorsque la pression dans l'espace de l'oreille moyenne est correctement équilibrée, le risque de barotraumatisme de l'oreille interne est extrêmement faible.

Si la pression dans l'oreille moyenne n'est pas équilibrée pendant la descente, la pression de l'eau sur le tympan se transmet vers l'intérieur à travers les osselets de l'oreille moyenne jusqu'aux fenêtres ovales, et la fenêtre ronde se renfle vers l'extérieur. La pression elle-même peut endommager les structures sensibles de l'oreille interne. Si la pression est excessive, la fenêtre ovale ou, plus fréquemment, la fenêtre ronde peut se déchirer et le liquide de l'oreille interne (périlymphe) peut s'écouler dans l'oreille moyenne (fistule périlymphe).

La manœuvre de Valsalva augmente les pressions dans les tissus crâniens et la circulation, qui peuvent se transmettre au liquide cochléaire, provoquant un mouvement vers l'extérieur de la fenêtre ronde. Les ondes de pression peuvent à elles seules endommager l'oreille interne sans qu'il y ait rupture de la fenêtre. En cas de rupture, la perte de liquide de l'oreille interne entraîne des lésions de l'organe de l'audition et parfois de l'organe de l'équilibre. Si la fuite n'est pas stoppée rapidement par une guérison spontanée ou une réparation chirurgicale, une perte d'audition permanente peut survenir.

Les manifestations

Les plongeurs peuvent faire l'expérience de.. :

  • Vertiges sévères
  • Perte auditive
  • Grondement/sonorité des oreilles (acouphènes)
  • Mouvement involontaire des yeux (nystagmus)
  • Gonflement de l'oreille affectée

Les symptômes d'un barotraumatisme de l'oreille moyenne sont presque toujours présents. Le vertige est généralement grave et s'accompagne de nausées et de vomissements. La perte auditive peut être totale, instantanée et permanente, mais les plongeurs ne perdent généralement que les fréquences les plus élevées. La perte n'est perceptible qu'après quelques heures. Il se peut que vous ne vous rendiez pas compte de la perte jusqu'à ce que vous passiez un test auditif.

Prise en charge

En cas de vertige sous l'eau, interrompez la plongée et demandez de l'aide pour atteindre la surface en toute sécurité. Commencez à administrer de l'oxygène en surface si vous soupçonnez une maladie de décompression. Les secouristes doivent procéder à un examen neurologique complet et noter tout déficit.

Barotraumatisme de l'oreille interne ou maladie de décompression de l'oreille interne ?

Il est important de faire la distinction entre ces deux affections, car leurs traitements diffèrent. La recompression ou tout changement de pression est contre-indiqué lorsqu'un barotraumatisme de l'oreille interne est probable. Bien que les symptômes soient similaires dans les deux cas, le barotraumatisme est précédé d'un échec de l'égalisation de la pression dans l'oreille moyenne et se produit généralement au début de la plongée, tandis que l'accident de décompression se produit à la fin de la plongée en raison d'un échec de la décompression.

Traitement définitif

Consultez d'urgence un médecin pour écarter la possibilité d'une DCS. Si votre médecin détermine qu'il ne s'agit pas d'une SCD, consultez un spécialiste ORL ayant l'expérience du traitement des plongeurs. Pour obtenir une référence dans votre région, envoyez un courriel à ou appeler la ligne d'information médicale DAN au +1 (919) 684-2948.

Éviter tout effort, égalisation de l'oreille moyenne, exposition à l'altitude ou à la plongée, éternuements ou mouchage. Ne pas prendre d'aspirine, d'acide nicotinique (vitamines), d'autres vasodilatateurs ou d'anticoagulants. Le traitement conservateur comprend le repos au lit en position assise et l'évitement de tout effort susceptible d'augmenter la pression intracrânienne ou de l'oreille moyenne. Si les symptômes ne s'améliorent pas, une intervention chirurgicale peut s'avérer nécessaire. La cicatrisation de la déchirure (fistule) se produit généralement en une ou deux semaines. La perte d'audition peut devenir permanente.

Aptitude médicale à plonger

L'évaluation de l'aptitude à la plongée nécessite l'intervention d'un médecin expert en plongée et dépend du degré de dommages permanents ainsi que de la probabilité de blessures répétées.

Pronostic

Dans de nombreux cas, la guérison complète se produit spontanément. Si la fistule se présente et ne guérit pas rapidement de manière spontanée, une intervention chirurgicale peut être recommandée. Dans certains cas, l'oreille interne peut être endommagée de manière permanente ; le corps peut s'adapter au fait qu'un côté ne fonctionne pas correctement. En cas de lésion de l'autre oreille, la situation peut être grave et entraîner des troubles de l'équilibre invalidants.

Prévention

Apprenez des techniques d'égalisation douces mais efficaces et évitez d'utiliser la manœuvre de Valsalva de manière agressive. Ne pas plonger en cas d'encombrement.


Fistule périlymphatique

Une fistule périlymphatique est une déchirure des membranes de la fenêtre ronde et/ou ovale par laquelle s'échappe le liquide de l'oreille interne (périlymphe).

Mécanisme

Une fuite de périlymphe du labyrinthe peut se produire lorsque la fenêtre ronde ou ovale est interrompue en raison d'un barotraumatisme sévère de l'oreille moyenne ou d'une manœuvre de Valsalva énergique.

Les manifestations

Les symptômes de la fistule périlymphatique peuvent inclure des étourdissements, des vertiges, un déséquilibre, des nausées et des vomissements. Certaines personnes ressentent des bourdonnements (acouphènes) et une sensation de plénitude dans les oreilles, et beaucoup remarquent une perte d'audition. Les symptômes s'aggravent avec les changements d'altitude (ascenseurs, avions ou voyages en montagne), les changements de temps et les efforts physiques.

Prise en charge

Cette affection peut généralement être traitée de manière conservatrice par un repos absolu au lit en position assise. Les efforts, les éternuements, le mouchage, l'activité sexuelle, les bruits forts et l'égalisation de l'oreille moyenne doivent être évités afin de prévenir les ondes de pression dans l'oreille interne.

La fistule de la fenêtre ronde guérit souvent spontanément en une semaine ou deux avec ce régime, mais si la perte d'audition progresse ou si les autres caractéristiques persistent, il peut être nécessaire de recourir à la chirurgie pour réparer la fuite de la fenêtre ronde.

Aptitude médicale à plonger

Even after the acute symptoms of an oval- or round-window fistula have resolved, the diver’s future in diving is questionable. Flying should be completely avoided for several months to allow complete healing of the injury or the surgical repair.

Pour obtenir une référence dans votre région, envoyez un courriel à ou appeler la ligne d'information médicale DAN au +1 (919) 684-2948.

Prévention

Assurez-vous que les trompes d'Eustache fonctionnent correctement avant de plonger en effectuant une légère égalisation en surface.


Le vertige alternobare

Le vertige alternobare se produit pendant une descente, une remontée ou immédiatement après avoir fait surface après une plongée et est causé par une stimulation de pression inégale dans chaque oreille.

Statistiques

Selon diverses sources, jusqu'à 25 % des plongeurs souffrent de vertige alternobarique à un moment ou à un autre.

Mécanismes

Pendant la remontée, l'air dans l'espace de l'oreille moyenne se dilate, la pression relative augmente, les trompes d'Eustache s'ouvrent passivement et le gaz s'échappe par les trompes d'Eustache dans le nasopharynx. Parfois, la trompe d'Eustache peut obstruer ce flux d'air, ce qui entraîne une distension de l'air et une sensation de pression accrue dans la cavité de l'oreille moyenne pendant l'ascension. Si l'obstruction est unilatérale et que la différence de pression est supérieure à 60 centimètres d'eau, un vertige peut survenir car l'augmentation de la pression stimule l'appareil vestibulaire. En général, il est soulagé par la poursuite de la remontée, car l'augmentation de la pression différentielle dans l'espace de l'oreille moyenne force l'ouverture de la trompe d'Eustache et évacue l'excès d'air. Les facteurs contributifs comprennent le barotraumatisme de l'oreille moyenne pendant la descente, les allergies, les infections des voies respiratoires supérieures (congestion) et le tabagisme.

Les manifestations

Les symptômes du vertige alternobarique peuvent inclure la désorientation, des nausées et des vomissements.

Remarque : les effets désorientants du vertige en plongée sont extrêmement dangereux. L'incapacité à distinguer le haut du bas, à suivre les procédures de remontée en toute sécurité et les risques associés aux vomissements constituent un danger important pour le plongeur ainsi que pour les autres plongeurs dans l'eau.

Prise en charge

Conseils du Dr Carl Edmonds sur la manière de gérer le vertige alternobarique lors d'une plongée :

“If a diver encounters ear pain or vertigo during ascent, he should descend a little to minimize the pressure imbalance and attempt to open the Eustachian tube by holding the nose and swallowing (Toynbee or other equalization maneuver). If successful, this equalizes the middle ear by opening it up to the throat and relieves the distension in the affected middle ear.

“Occluding the external ear by pressing in the tragus (the small fold of cartilage in front of the ear canal) and suddenly pressing the enclosed water inward may occasionally force open the Eustachian tube. If this fails, then try any of the other techniques of equalization described previously, and attempt a slow ascent.”

Les cas non compliqués disparaissent rapidement en quelques minutes dès qu'ils font surface. Si les symptômes persistent, consultez votre médecin traitant ou un spécialiste ORL. Ne plongez pas si vous avez des problèmes d'égalisation.

Les lésions associées comprennent le barotraumatisme de l'oreille moyenne et le barotraumatisme de l'oreille interne ; le vertige alternobarique peut survenir lors de la descente ou de la montée, mais il est généralement associé à un barotraumatisme de l'oreille moyenne lors de la montée (écrasement inversé). Il convient d'exclure d'autres affections telles que le SCD de l'oreille interne ou le vertige calorique (lorsque de l'eau froide pénètre brusquement dans une oreille).

Aptitude médicale à plonger

Dès que tous les symptômes et facteurs contributifs ont disparu, le plongeur peut reprendre la plongée.

Prévention

Prendre des mesures de prévention des barotraumatismes auriculaires. Évitez la pressurisation inégale de l'oreille en évitant les cagoules de combinaison de plongée ou les bouchons d'oreille trop serrés. Maintenir une bonne hygiène auditive. Ne pas plonger en cas de congestion ou d'incapacité à équilibrer.


Effet de serre inversé

Le squeeze inversé est un barotraumatisme dû à l'incapacité de relâcher la pression de l'oreille moyenne lors de la remontée.

Mécanismes

La pression doit être relâchée de l'oreille moyenne lorsque le plongeur remonte, sinon l'air en expansion va gonfler et même rompre le tympan. L'air en expansion s'échappe normalement par les trompes d'Eustache, mais si les trompes sont obstruées par du mucus en profondeur (généralement en raison d'une mauvaise égalisation lors de la descente, d'une plongée en état de congestion ou de l'utilisation de décongestionnants qui s'estompent en profondeur), un barotraumatisme peut se produire.

Les manifestations

  • Pression, plénitude dans l'oreille
  • Douleur à l'oreille
  • Vertige

Prise en charge

Pendant la plongée : Parfois, l'une des techniques d'égalisation utilisées à la descente permet de dégager les oreilles à la montée. Pointer l'oreille affectée vers le bas peut également aider. Remontez aussi lentement que votre réserve d'air le permet. L'augmentation de la pression ouvre généralement la trompe d'Eustache et soulage la surpression. Toutefois, dans de rares cas, la surpression peut persister jusqu'en haut. Dans ce cas, vous devrez supporter la douleur pour atteindre la surface. Prévenez votre binôme et restez à proximité.

Premiers soins : Un spray nasal décongestionnant peut aider à ouvrir la trompe d'Eustache. Il est conseillé de consulter un médecin en cas de vertige, de douleur prolongée et de plénitude des oreilles.

Aptitude médicale à plonger

Les épisodes répétés nécessitent une évaluation ORL. Pour obtenir une recommandation d'un ORL dans votre région, envoyez un courriel à l'adresse suivante ou appeler la ligne d'information médicale DAN au +1 (919) 684-2948.

Prévention

Avant la plongée, essayez d'égaliser en surface pour vous assurer que la trompe d'Eustache fonctionne correctement.


Baroparésie faciale

La baroparésie faciale est une paralysie réversible du nerf facial due à une augmentation de la pression dans l'oreille moyenne lors de la montée en avion ou de la plongée sous-marine.

Mécanismes

Mans Bell’s Palsy

Le nerf facial est un nerf crânien qui contrôle les muscles du visage. Sur son chemin entre le muscle et le cerveau, il passe par le canal de la paroi de l'espace de l'oreille moyenne. Les variations de pression dans cet espace n'ont normalement que peu ou pas d'effet sur le nerf.

Chez certaines personnes, le canal du nerf facial manque la paroi osseuse et n'est séparé de la cavité de l'oreille moyenne que par une fine membrane. Si une telle personne subit une surpression dans l'oreille moyenne égale ou supérieure à la pression capillaire, la circulation vers le nerf facial s'arrête, le nerf facial perd sa fonctionnalité et le muscle facial est paralysé (baroparésie faciale). Cela peut se produire lors d'un vol ou d'une plongée. Heureusement, la pression dans l'oreille moyenne revient à la normale peu après l'exposition, ce qui rétablit la circulation vers le nerf et rétablit sa fonctionnalité. La baroparésie faciale a tendance à réapparaître lors d'un vol ou d'une plongée répétée.

Les manifestations

Les symptômes comprennent l'engourdissement, la paresthésie, la faiblesse ou même la paralysie du visage. Une diminution de la sensibilité et un affaissement du visage peuvent être observés, généralement d'un seul côté du visage.

Prise en charge

La baroparésie faciale est généralement découverte après la plongée. Même lorsque sa durée est brève et qu'elle disparaît spontanément, le patient doit être examiné par un médecin afin d'exclure d'autres causes possibles telles qu'un accident vasculaire cérébral, une infection, un traumatisme ou un accident de décompression.

Dans de rares cas de baroparésie faciale prolongée, un traitement peut être nécessaire. Il existe des preuves expérimentales qu'une surpression de plus de 3,5 heures peut causer des dommages permanents. Les plongeurs qui continuent à ressentir un engourdissement et un affaissement du visage doivent consulter un médecin dans les trois heures qui suivent.

Aptitude médicale à plonger

Cette affection est spontanément résolue en quelques heures, mais elle peut réapparaître lors d'une plongée ou d'un vol. La reprise de la plongée peut être envisagée lorsque les symptômes ont complètement disparu et qu'il a été établi qu'ils résultaient d'un barotraumatisme facial.

Prévention

Apprenez des techniques d'égalisation douces mais efficaces. Ne pas plonger avec une congestion.


Syndrome de l'articulation temporo-mandibulaire (ATM)

Le syndrome de l'articulation temporo-mandibulaire est une douleur dans et autour de l'articulation temporo-mandibulaire causée par une prise prolongée de l'embout d'un tuba ou d'un détendeur de plongée.

Statistiques

Il a été rapporté que l'articulation temporo-mandibulaire se produit chez 15 à 20 % des plongeurs avec tuba et des plongeurs sous-marins.

Mécanisme

L'ATM est une inflammation chronique de l'articulation de la mâchoire située juste devant l'oreille. La douleur peut être suffisamment forte pour rendre difficile le maintien de l'embout entre les dents. L'affection est exacerbée par des facteurs locaux tels que la laxité articulaire, des facteurs anatomiques, une inflammation capsulaire ou musculaire, ou le type d'embout utilisé.

On pense que les ATM associées à la plongée résultent de la position en avant de la mandibule due à un embout buccal mal ajusté et au serrage de l'embout buccal, en particulier avec des détendeurs lourds. La plongée peut aggraver des ATM préexistantes. La douleur est parfois suffisamment forte pour obliger les plongeurs à interrompre la plongée. Elle peut survenir chez les plongeurs débutants qui serrent les dents, parfois avec une telle intensité qu'ils mordent parfois à travers l'embout buccal.

Les manifestations

  • Douleur dans l'articulation temporo-mandibulaire et dans les oreilles
  • Claquement ou crépitation de l'articulation temporo-mandibulaire (bruit de craquement ou d'éclatement)
  • Trismus (incapacité à ouvrir complètement la bouche) et altération de la mobilité de l'ATM
  • Vertiges (peuvent être dangereux s'ils se produisent sous l'eau)
  • Douleur des muscles masticateurs
  • Sensation de bouchon dans les oreilles
  • Dysfonctionnement de la trompe d'Eustache
  • Maux de tête et douleurs faciales

Prise en charge

Pendant la plongée : Essayez de relâcher votre occlusion tout en maintenant l'embout en place. En cas d'échec, mettez fin à la plongée en toute sécurité, remontez à la surface et envisagez d'autres options pour l'embout buccal.

Traitement définitif : Si la douleur persiste, une consultation avec un spécialiste est suggérée car les solutions sont très individualisées. Le traitement comprend l'ajustement de l'occlusion, la gestion des problèmes dentaires et l'utilisation de gouttières orthodontiques. La chaleur et les anti-inflammatoires sont utiles.

Aptitude médicale à plonger

Le retour à la plongée est possible dès que la douleur disparaît. Vous devez également être en mesure de saisir l'embout buccal sans douleur.

Prévention

N'utilisez qu'un embout buccal bien ajusté. Envisagez une gouttière personnalisée. Corrigez les facteurs contributifs tels que les problèmes dentaires, l'anxiété et le grincement des dents (bruxisme).


Surfer’s Ear

Surfer’s ear is the narrowing of the outer ear canal due to an abnormal growth of bone caused by exposure to cold and wet conditions.

Mécanisme

The external ear canal is a tubular structure that conducts sounds and protects the middle ear. Exostosis is a chronic condition characterized by narrowing of the inner half of the ear canal as a result of bone growth. The bony wall grows outward slowly over a period of years in response to local irritation by cold water. These growths are called swimmer’s nodes and are common in swimmers, surfers and divers. This condition is not related to infection nor is it caused by infection; however, the narrowing of the ear canal may prevent water from draining out, which increases susceptibility to outer-ear infections. The bony swellings continue to grow while there is a continued exposure to cold water (such as that found in seawater and outdoor swimming pools in temperate climates). Exostosis often occurs in outdoor enthusiasts in their mid- to late-30s, but individuals who experience significant cold-water exposure — such as surfers, swimmers and divers — can develop the condition earlier.

The narrowed ear canal is more prone to blockage by earwax or debris and more susceptible to swimmer’s ear (otitis externa). An exostosis on the floor of the ear canal can form a sump that retains moisture and is susceptible to infection. Exostosis is seen as a narrowing of the ear canal. The average ear canal is about 0.25 inches wide (7 milimeters). The bone growth may cause it to narrow to 0.04 inches (1 millimeter). Early signs include water trapping in the ear canal after swimming. Debris trapping and infections may make surgery necessary.

Les manifestations

Les infections de l'oreille externe et la difficulté à éliminer l'eau du conduit auditif externe peuvent être récurrentes. Les symptômes de l'exostose dans les cas avancés comprennent une diminution de l'audition, éventuellement combinée à une augmentation de la prévalence des infections de l'oreille.

Diagnostic différentiel

D'autres causes d'obstruction du conduit auditif externe peuvent être une infection ou un bouchon de cérumen.

Traitement

En cas de baisse de l'audition ou d'infections répétées, l'exostose peut être retirée chirurgicalement.

Aptitude médicale à plonger

Les exostoses n'affectent pas l'aptitude à la plongée, à moins qu'elles n'obstruent le conduit auditif ou ne provoquent des infections récurrentes.

Prévention

  • Portez une cagoule dans l'eau froide.
  • Après la plongée, rincez les deux oreilles à l'eau douce pour évacuer l'eau et le sel contaminés.
  • Si vous êtes sujet aux infections de l'oreille, soufflez de l'air chaud dans le canal externe à l'aide d'un sèche-cheveux (veillez à ce que l'air ne soit pas trop chaud).
  • Si vos oreilles ont une tendance naturelle à se boucher avec le cérumen, faites-les vérifier régulièrement, en particulier avant un voyage de plongée prolongé.

Swimmer’s Ear

Acute inflammation or infection of the outer ear (pinna and ear canal) caused by prolonged exposure to wet and warm conditions is known as swimmer’s ear.

Statistiques

L'otite externe touche un Américain sur 200 chaque année et est présente sous forme chronique chez 3 à 5 % de la population. Les nageurs, les surfeurs et les autres personnes exposées à des conditions humides et chaudes courent un risque accru.

Mécanisme

Le conduit auditif externe est l'ouverture tubulaire entre l'environnement extérieur et le tympan. Il est recouvert de peau et sécrète du cérumen, qui aide à protéger contre les infections.

Otitis externa, commonly referred to as swimmer’s ear, is the acute inflammation or infection of the external auditory canal, resulting in ear pain and pus discharge.

Breakdown of the external ear canal’s protective barrier leads to infection. Excessive moisture, mechanical trauma or underlying skin conditions are contributing factors. The bacteria normally found in the external ear canal often trigger the infection. With frequent immersion, water swells the cells lining the ear canal. Eventually, these cells separate far enough for the bacteria that are normally found on the surface of the ear canal to penetrate the skin, where they find a warm environment and start to multiply. Otitis externa is more likely to develop if the skin in the ear canal is already chafed and cracked by excessive moisture from showering or scratching. Bacteria or fungus from the water can easily invade damaged skin.

La dermatite séborrhéique, le psoriasis et le nettoyage excessif du cérumen des oreilles, qui blesse la peau tapissant le conduit auditif externe, peuvent accroître la sensibilité du conduit auditif aux infections. Un excès de débris ou de cérumen peut retenir l'eau dans le conduit.

Manifestation

La principale plainte est généralement une démangeaison souvent accompagnée d'une douleur, d'une sensibilité et d'un gonflement du conduit auditif. En l'absence de traitement, le gonflement peut s'étendre aux ganglions lymphatiques voisins et provoquer une douleur telle qu'il devient inconfortable de bouger la mâchoire.

Prise en charge

Premiers soins

  • Évitez de vous baigner jusqu'à ce que le problème soit résolu.
  • Utilisez un sèche-cheveux pour sécher soigneusement l'oreille après la douche (veillez à ce que l'air ne soit pas trop chaud).
  • En cas de douleur, les analgésiques en vente libre peuvent être efficaces. Il s'agit par exemple de l'acétaminophène (Tylenol), de l'ibuprofène (Advil ou Motrin) ou du naproxène (Aleve). Lisez et suivez toutes les instructions figurant sur l'étiquette.

Traitement
Stop swimming and diving; schedule an appointment with your physician. Do not put anything in your ear unless instructed to do so. If you have diabetes or take medicine that suppresses your immune system, swimmer’s ear can cause severe problems that require immediate medical attention.

Il est important que votre médecin écarte l'éventualité d'une compression externe de l'oreille, d'une otite moyenne et d'une mastoïdite (infection de l'os situé juste derrière l'oreille).

Aptitude médicale à plonger

La reprise de la plongée est possible lorsque le médecin détermine que l'infection
a été résolu.

Prévention

Gardez vos oreilles propres et sèches.

  • Séchez vos oreilles avec une serviette après avoir nagé ou pris une douche en inclinant la tête et en tirant le lobe de l'oreille dans différentes directions, l'oreille étant tournée vers le bas.
  • Refrain from putting objects — such as cotton swabs or your finger — in the ear canal or removing ear wax yourself; both actions can damage the skin, potentially increasing the risk of infection.
  • You can dry your ears with a blow dryer if you put it on the lowest setting and hold it at least a foot (about 0.3 meters) away from the ear.
  • Demandez à votre médecin si vous devez utiliser des gouttes auriculaires à base d'alcool après la baignade.

If you know you don’t have a punctured eardrum, you can use over-the-counter eardrops or homemade preventive eardrops before and after swimming. This mixture of one part white vinegar to one part rubbing alcohol may help promote drying and prevent the growth of bacteria and fungi that can cause swimmer’s ear. At the end of each day of diving, put five drops of the solution into each ear. Let it stay for five minutes before draining back out.

Suivant : Chapter 3 – Symptoms >

Chapitre 3 : Symptômes

La douleur est le symptôme le plus courant d'une blessure à l'oreille, mais les symptômes les plus alarmants sont les vertiges, les acouphènes et la surdité aiguë. Ces trois symptômes peuvent être causés par diverses affections aiguës ou chroniques qui affectent l'aptitude à la plongée. L'apparition aiguë de ces symptômes en relation avec la plongée peut indiquer un barotraumatisme de l'oreille interne ou un accident de décompression et doit donner lieu à une évaluation médicale.

Le vertige est souvent confondu avec les étourdissements, qui ont des causes et des implications différentes. Les plongeurs doivent être familiarisés avec ces symptômes afin de pouvoir reconnaître les problèmes potentiels et intervenir de manière appropriée.

Dans ce chapitre, vous apprendrez ce qui suit :


Mal de mer ou mal des transports

Le mal de mer est un état que les personnes peuvent ressentir lorsqu'elles se trouvent sur une plate-forme en mouvement. Il se traduit par une sensation générale de malaise, des vertiges, des nausées et des vomissements. Il est également appelé "mal des transports". Les mouvements passifs perturbent la fluidité du labyrinthe et affectent le sens de l'équilibre. Le mal des transports est exagéré lorsque le cerveau reçoit des messages contradictoires provenant des yeux, des muscles et des capteurs articulaires (propriocepteurs). Dans une pièce fermée, la vue indique que l'environnement est immobile, tandis que les signaux du labyrinthe indiquent que le corps est en mouvement.

Le mal des transports peut survenir lors d'un voyage en bateau, en avion, en train, en bus ou en voiture. Certaines personnes sont plus sensibles que d'autres, mais si les stimuli de mouvement sont forts et que l'exposition dure suffisamment longtemps, presque tous les individus en souffriront.

Symptômes:

Les symptômes du mal des transports comprennent des vertiges, des sueurs, des nausées, des vomissements et une sensation générale de malaise ou de maladie. Les symptômes peuvent apparaître soudainement et évoluer d'une simple sensation de malaise à des sueurs froides, des vertiges et des vomissements. Le mal des transports est plus fréquent chez les femmes et les enfants de 2 à 12 ans. Les personnes souffrant de migraines sont également plus sujettes au mal des transports. Le mal des transports dure aussi longtemps que le mouvement. Dès que le mouvement s'arrête, les symptômes disparaissent rapidement. Certaines personnes ont le "pied marin" après un long séjour en mer.

Prévention et gestion

Si vous savez que vous avez le mal des transports ou que vous pourriez y être sujet, tenez compte de ces conseils :

  • Sur un bateau : Restez sur le pont et concentrez-vous sur l'horizon. Éviter d'inhaler les gaz d'échappement.
  • En voiture : Asseyez-vous sur le siège avant. Si vous êtes le passager, regardez le paysage au loin.
  • Ne pas lire dans un véhicule en mouvement. La lecture aggrave le mal des transports.
  • Évitez les repas lourds avant la plongée.
  • Buvez beaucoup d'eau.
  • Évitez l'alcool la veille de votre voyage.
  • Si possible, levez-vous. La position assise ou allongée peut aggraver votre état.
  • Mangez des biscuits secs pour aider à calmer un estomac agité.
  • Évitez les personnes qui ont des nausées dues au mal des transports.

Traitement

Le mal des transports peut être traité à l'aide de médicaments en vente libre ou sur ordonnance.

  • Produits en vente libre : Les antihistaminiques sont couramment utilisés pour prévenir et traiter le mal des transports. L'un des effets secondaires des antihistaminiques est la somnolence, qui est exagérée en cas de consommation d'alcool. La somnolence peut nuire à la sécurité des plongeurs.
  • Produits sur ordonnance : Le patch cutané de scopolamine (Transderm Scop) est une option populaire. Le patch est appliqué sur la zone cutanée derrière l'oreille au moins huit heures avant l'exposition et peut aider à prévenir le mal des transports jusqu'à trois jours par patch. La scopolamine peut provoquer une sécheresse de la bouche, une vision floue, une somnolence et des vertiges. Les patients souffrant de glaucome, d'hypertrophie de la prostate et d'autres problèmes de santé ne doivent pas utiliser ce médicament. N'oubliez pas d'informer votre médecin de vos problèmes de santé existants afin qu'il puisse déterminer le médicament qui vous convient le mieux.
  • Remèdes alternatifs : Divers remèdes alternatifs ont été présentés comme pouvant aider à soulager ou à prévenir le mal des transports. Dans la plupart des cas, les preuves d'efficacité font défaut. Toutefois, si vos symptômes sont légers, vous pouvez essayer des produits à base de gingembre ou de menthe poivrée pour soulager vos symptômes sans risquer d'effets secondaires.

Vertige

Le vertige est une sensation persistante de basculement, d'oscillation, de tourbillon ou de rotation de soi-même ou du monde environnant alors que rien ne bouge.

Le vertige pendant ou après la plongée est un symptôme courant de lésion de l'oreille moyenne ou de l'oreille interne. Il est souvent associé à des nausées et, dans les cas les plus graves, à des vomissements. Si le vertige survient sous l'eau, le plongeur peut ne pas être en mesure de déterminer le sens de la plongée ; la panique et les vomissements peuvent entraîner l'étouffement et la noyade. Sur terre, le patient peut être incapable de s'asseoir ou de se tenir debout

Les causes du vertige sont diverses. En plongée, il est le plus souvent causé par un barotraumatisme de l'oreille interne. Il peut également résulter de la stimulation d'un côté et pas de l'autre, par exemple lorsque la différence de pression dans une seule oreille s'équilibre (vertige alternobarique) ou lorsque de l'eau froide pénètre dans une oreille et pas dans l'autre (vertige calorique). Ce type de vertige disparaît lorsque l'état s'équilibre et ne laisse pas d'effets durables, si ce n'est que la désorientation, les nausées et les vomissements associés sous l'eau peuvent contribuer à des accidents de plongée.

Le vertige est un symptôme aigu d'une lésion vestibulaire qui peut être associé à d'autres symptômes, dont certains peuvent devenir chroniques. Les symptômes peuvent inclure un déséquilibre et une désorientation spatiale, des troubles de la vision, des modifications de l'audition, des mouvements oculaires involontaires (nystagmus) et des changements cognitifs et/ou psychologiques, entre autres.

Diagnostic différentiel

Le vertige n'est pas la même chose que l'étourdissement, la sensation de tête légère ou l'instabilité. Lorsque vous avez des vertiges, vous pouvez vous sentir étourdi ou perdre l'équilibre. Si vous avez l'impression que la pièce tourne, vous avez le vertige.

Pour les vertiges, faire la différence entre la maladie de décompression de l'oreille interne et le barotraumatisme de l'oreille interne.

Orientations générales

  • Les vertiges survenant brièvement pendant ou après une plongée et disparaissant spontanément nécessitent une évaluation des trompes d'Eustache avant la reprise de la plongée.
  • Un vertige persistant est le signe d'une affection grave et nécessite une évaluation urgente par un spécialiste ORL. Pour obtenir une recommandation d'un ORL dans votre région, envoyez un courriel à l'adresse suivante ou appeler la ligne d'information médicale DAN au +1 (919) 684-2948.
  • Le vertige sévère persistant après la plongée est une urgence.

Aptitude médicale à plonger

Les lésions des organes vestibulaires causées par la SCD, le barotraumatisme ou le choc acoustique peuvent être permanentes. En cas de lésion d'une seule oreille, le vertige peut disparaître en deux à six semaines, car le cerveau apprend à compenser et à ignorer le côté endommagé, mais le canal ne guérit pas. Le plongeur aura des difficultés à maintenir son équilibre dans l'obscurité lorsqu'il est privé d'indices visuels. Les lésions des deux organes vestibulaires sont débilitantes et peuvent rendre certaines activités de la vie quotidienne (comme la conduite d'une voiture) difficiles, voire impossibles.

Les vertiges persistants ou récurrents, même s'ils sont contrôlés par des médicaments, sont disqualifiants pour la plongée.

La reprise de la plongée après un barotraumatisme de l'oreille interne ou une DCS doit être évaluée au cas par cas, en fonction de l'étendue des lésions permanentes des organes de l'oreille interne.


Acouphènes (bourdonnements d'oreille)

Les acouphènes sont des bruits ou des bourdonnements dans les oreilles.

Les acouphènes sont la sensation d'un son extérieur qui n'est pas réellement présent. Les acouphènes (bourdonnements d'oreille) touchent environ une personne sur cinq et peuvent être causés par de nombreuses pathologies.

Les acouphènes sont la sensation d'un son extérieur qui n'est pas réellement présent. Les acouphènes (bourdonnements d'oreille) touchent environ une personne sur cinq et peuvent être causés par de nombreuses pathologies.

Diagnostics possibles

Il est important de trouver la cause sous-jacente de l'acouphène. Les acouphènes aigus survenant pendant ou après la plongée sont probablement liés à un barotraumatisme de l'oreille ou à un DCS de l'oreille interne. S'ils sont associés à la plongée, votre médecin doit déterminer s'il s'agit d'un barotraumatisme ou d'un DCS de l'oreille interne, car les traitements ne sont pas les mêmes et l'administration d'un mauvais traitement peut s'avérer néfaste.

Parmi les autres causes possibles d'acouphènes, citons

  • Commotion cérébrale
  • Bruit ou souffle de forte intensité
  • Infection
  • Infection de l'oreille (otite moyenne)
  • Tumeur
  • Dysfonctionnement de l'articulation temporo-mandibulaire (ATM)
  • Corps étranger dans l'oreille
  • Anomalie vasculaire
  • Maladie de Ménière
  • L’hypertension
  • Migraine
  • Certains médicaments (y compris l'aspirine et la quinine)
  • Diverses intoxications (telles que le monoxyde de carbone, la nicotine et les métaux lourds)

Aptitude médicale à plonger

Si les acouphènes ne sont pas liés à la plongée et que le problème sous-jacent n'est pas une contre-indication à la plongée, il n'y a aucune raison de réduire la plongée à cause des acouphènes eux-mêmes.


Perte auditive/surdité

La perte auditive ou surdité est la perte partielle ou totale de l'audition par rapport à une base normale.

Une perte auditive totale ou partielle peut survenir pour diverses raisons. Il existe plusieurs causes liées à la plongée, notamment le barotraumatisme, l'accident de décompression (ADC) et les lésions de l'oreille interne.

La perte auditive peut être classée comme conductive ou neurosensorielle.

  • La surdité de transmission concerne le conduit auditif, le tympan et les minuscules osselets de l'oreille moyenne ; ces composants anatomiques conduisent mécaniquement le son jusqu'à l'oreille interne, où des signaux électriques sont générés.
  • La surdité de perception implique le cerveau, le huitième nerf crânien ou l'oreille interne.

Diagnostics possibles

Les causes de la perte auditive sont nombreuses : infection, canal auditif bouché, barotraumatisme, médicaments, traumatisme, rupture de la fenêtre ronde ou ovale, accident vasculaire cérébral, maladie de Ménière, bruit et médicaments.

Aptitude médicale à plonger

Bien que peu fréquente, une perte auditive permanente liée à la plongée et résultant d'un barotraumatisme de l'oreille ou d'une DCS de l'oreille interne est possible. Si la blessure entraîne une perte ou une déficience auditive unilatérale permanente (une seule oreille), la plupart des médecins recommandent de ne pas reprendre la plongée. Cette recommandation est souvent formulée parce que si la plongée subséquente entraîne une lésion de l'oreille fonctionnelle restante, l'individu peut subir une perte auditive bilatérale permanente. Cette recommandation s'applique à toutes les personnes monaurales (qui n'entendent que d'un côté), quelle que soit la cause de la perte ou de la déficience auditive unilatérale.

Une autre population pour laquelle la plongée est souvent déconseillée ou pour laquelle une extrême prudence est conseillée est celle qui a subi une opération de pose d'un implant cochléaire, une opération des osselets ou une réparation de la membrane tympanique (myringoplastie). Pour les plongeurs qui ont subi de telles interventions ou qui ont souffert d'une perte auditive permanente à la suite d'un barotraumatisme de l'oreille, une extrême prudence est souvent recommandée et une consultation étroite avec un médecin ORL avant de plonger est vivement conseillée. Pour obtenir une référence dans votre région, envoyez un courriel à l'adresse suivante ou appeler la ligne d'information médicale DAN au +1 (919) 684-2948.

Il est important de mentionner qu'une déficience auditive bilatérale (congénitale ou acquise) n'empêche pas nécessairement une personne de plonger. Toutefois, en cas de déficience auditive bilatérale, l'environnement de plongée peut poser des problèmes de communication en surface, tant avec les autres plongeurs qu'avec les membres de l'équipage. L'obstruction des communications en cas de trafic maritime, de rappel du plongeur et d'autres circonstances imprévues peut entraîner un retard dans l'intervention d'urgence, des blessures ou la mort.

Suivant : Chapitre 4 - Hygiène >

Chapitre 4 : Hygiène

Les gens sont conscients de leurs oreilles à bien des égards. Elles occupent une place prépondérante sur la tête et, par conséquent, les préoccupations d'ordre esthétique entrent parfois en concurrence avec les préoccupations d'ordre sanitaire. La protection naturelle de la peau du conduit auditif implique la présence d'une cire qui, dans certains cas, peut devenir une nuisance pour la santé et causer de véritables problèmes médicaux. Certaines personnes perçoivent le cérumen comme un problème d'hygiène et essaient par excès de zèle de s'en débarrasser. Cela peut entraîner des problèmes en soi.

Les activités de plein air, en particulier les sports nautiques, exposent les oreilles au froid, à l'humidité et à une chaleur excessive, ce qui peut les endommager. De nombreuses solutions commerciales ont été proposées, censées réduire le risque de blessures ou de lésions de l'oreille. Malheureusement, peu de ces produits ont été testés par les autorités sanitaires. Dans cette section, nous aborderons l'hygiène auditive et les médicaments, ainsi que les bouchons d'oreille (un dispositif que nous n'approuvons pas pour les plongeurs) et les tubes de ventilation auriculaire.

Dans ce chapitre, vous apprendrez ce qui suit :


Hygiène auditive

Having a clean ear canal is important for divers. In extreme cases, earwax can form a plug and trap air between itself and the eardrum, which can cause an “explosive” tympanic membrane perforation that tears outward instead of the more common inward perforation.

De plus, un bouchon de cérumen peut empêcher l'eau de refroidir une oreille, alors que l'autre est naturellement refroidie par l'eau qui remplit le conduit auditif. Ce différentiel de température entre les deux oreilles provoque le vertige calorique.

Enfin, un bouchon de cérumen peut empêcher le bon écoulement du conduit auditif. L'humidité retenue peut entraîner un ramollissement de la peau et ouvrir la voie à l'infection.

Alors, comment nettoyer ses oreilles ?

Les mauvaises voies

Évitez les cotons-tiges. Les applicateurs en coton-tige peuvent pousser le cérumen plus profondément dans l'oreille, ce qui rend l'élimination du cérumen plus difficile. En outre, les extrémités des cotons-tiges peuvent se détacher et rester dans le conduit auditif. En quelques jours, cela entraîne généralement une infection grave du conduit auditif. Dans ce cas, le coton doit être identifié et retiré par un médecin qualifié. N'essayez jamais de le faire vous-même, vous risqueriez de vous déchirer le tympan.

Traitement des infections par les insectes

Occasionally, people who sleep outdoors or who live in warm areas can get insects in their ears. An insect in the ear can be an alarming experience. For removal, you’ll need a cool head, especially if the insect is still moving or stinging.

Sur le terrain, vous pouvez utiliser de l'alcool à friction, qui noie rapidement l'insecte et nettoie le conduit auditif. Il est également possible d'utiliser une seringue à bulbe remplie d'une solution d'eau savonneuse tiède (comme le shampoing pour bébé) et d'eau oxygénée. En cas d'échec, il convient d'obtenir immédiatement une aide médicale. La meilleure méthode consiste à faire enlever l'insecte par un médecin qualifié, à l'aide d'instruments spéciaux et d'un microscope.

La bonne méthode

So, how should you clean your ears? When you bathe, occasionally wash your ears with a bulb syringe filled with warm soapy water and hydrogen-peroxide solution. On a diving trip, use a mixture of half white vinegar and half rubbing alcohol after a day’s diving; this serves to cleanse and dry the ear canal as well as change the pH balance to make the area less prone to bacterial infection. This can also help prevent swimmer’s ear (otitis externa).

If you have a hard time getting water out of your ears, try using a hair dryer. It’s a good idea to lift the ear upward and back to straighten the ear canal and then to blow warm dry air into the ear canal for five minutes. Take special care to ensure the air is not too hot.

N'oubliez pas que l'entretien des oreilles est aussi fondamental et important que l'entretien de tout autre équipement de plongée.


Bouchons d'oreille

Les bouchons d'oreille sont des dispositifs qui obstruent le conduit auditif externe. Ils sont principalement utilisés pour bloquer la pression de l'eau sur le tympan. En règle générale, les bouchons d'oreille ne doivent pas être utilisés par les plongeurs.

La procédure en pratique

Les bouchons d'oreille solides standard créent un espace d'air qui ne peut pas être égalisé pendant la plongée, ce qui les rend généralement dangereux pour la plongée ; cependant, certains plongeurs utilisent des bouchons d'oreille dans des situations particulières.

Le principal problème est que la pression de l'eau peut coincer le bouchon dans le conduit auditif. Dans ce cas, il y a un risque de barotraumatisme de l'oreille externe. Pour répondre à ces préoccupations, certains fabricants proposent des bouchons d'oreille ventilés, qui comportent un petit trou d'aération entre l'eau et le conduit auditif. Ces trous sont généralement munis d'une valve qui permet de pressuriser le bouchon sans laisser l'eau pénétrer dans le conduit auditif.

La plupart des fabricants de bouchons ventilés insistent sur la facilité avec laquelle leurs produits s'égalisent et recommandent aux plongeurs de se déboucher fréquemment les oreilles lorsqu'ils portent des bouchons d'oreille afin de maintenir une pression correcte. Toutefois, ces affirmations n'ont pas été testées de manière indépendante. Il n'y a pas suffisamment de données ou de preuves pour recommander l'utilisation de bouchons pour les plongeurs. Les risques de complications sous l'eau en cas de dysfonctionnement ou de retrait d'un bouchon d'oreille sont réels et peuvent exposer le plongeur à un risque accru de blessure.


Gouttes d'eau

Les gouttes d'oreille sont une solution de médicaments destinée à être appliquée dans le conduit auditif externe.

Utilisation prophylactique de gouttes d'eau

For most divers, eardrops are not necessary after diving. The purpose of most eardrops is to prevent external ear canal infections (known as otitis externa or swimmer’s ear). Infections of the ear canal are associated with persistent moisture as well as local skin trauma, which can result from inserting cotton swabs or other objects into the ears that can damage the thin skin lining the ear canal. As DAN medical information specialists are fond of saying, “Don’t put anything smaller than your elbow in your ear.” Persistent moisture and local skin trauma can enable bacterial overgrowth and infection.

Les gouttes d'oreille sont formulées pour aider à assécher l'oreille après une exposition et à réduire l'acidité (pH), ce qui fait du conduit auditif externe un environnement défavorable à la colonisation et à l'infection bactérienne ou fongique. Les ingrédients courants sont l'acide acétique (l'ingrédient actif du vinaigre), l'acide borique, l'acétate d'aluminium, l'acétate de sodium, l'alcool isopropylique et la glycérine. Les acides modifient le pH, ce qui retarde la croissance bactérienne ; l'acétate d'aluminium et l'acétate de sodium sont des astringents, qui rétrécissent les tissus. L'alcool isopropylique aide à assécher les tissus et la glycérine peut aider à lubrifier la peau pour éviter un assèchement excessif.

For divers plagued by swimmer’s ear, gently rinsing the ears with freshwater after each dive may help. Drying the ears with a hair dryer may also be helpful, but take care to ensure the air is not too hot.

Utilisation thérapeutique des gouttes d'eau

Des gouttes peuvent être prescrites par votre médecin pour traiter une infection ou une inflammation du conduit auditif externe. Ces gouttes peuvent contenir des antibiotiques et/ou des stéroïdes.

Remarque : il est important de ne jamais mettre de gouttes dans le conduit auditif si l'on soupçonne une rupture du tympan. Normalement, le tympan sert de barrière à l'espace de l'oreille moyenne. En cas de rupture, des contaminations ou des médicaments nocifs pour l'oreille interne peuvent y accéder.

Aptitude médicale à plonger

Les gouttes auriculaires prophylactiques sont utilisées pour prévenir les infections du canal externe lors de plongées répétées de plusieurs jours. Si vous ressentez une douleur à l'oreille, vous devez arrêter de plonger et faire évaluer votre oreille. Les plongeurs souffrant d'une infection ou d'une lésion de l'oreille ne doivent pas plonger avant d'être complètement guéris et d'avoir reçu l'autorisation d'un médecin.


Tubes de ventilation auriculaire

Les tubes de ventilation auriculaire sont de petits tubes insérés chirurgicalement dans le tympan pour améliorer le drainage et l'égalisation.

Procédure

De petits tubes de ventilation peuvent être insérés chirurgicalement à travers le tympan pour aider à interrompre un cycle d'infections répétées de l'oreille moyenne. Le processus d'infection provoque un gonflement et une inflammation des trompes d'Eustache, empêchant un drainage correct ; les tubes de ventilation permettent le drainage de l'oreille moyenne jusqu'à ce que les trompes d'Eustache se normalisent. L'insertion des tubes de ventilation par une petite incision dans la membrane tympanique (myringotomie) corrige généralement cette situation.

Les tubes ne sont pas destinés à être des implants permanents et tombent généralement d'eux-mêmes ou sont retirés par le médecin. La petite incision cicatrise généralement peu de temps après le retrait des tubes. Dans de rares cas, un petit trou peut subsister si les tubes sont laissés en place pendant une longue période. Cette situation peut faire l'objet d'un test et il est préférable que votre médecin s'en occupe. Il est peu probable que les tubes soient encore en place après plus de quelques années.

Aptitude médicale à plonger

La plongée n'est pas recommandée lorsque les tubes sont en place, car ils permettent à l'eau de pénétrer dans l'oreille moyenne, ce qui risque de provoquer des vertiges et une infection. Une fois les tubes de ventilation retirés ou enlevés, il faut laisser un temps de cicatrisation suffisant (au moins six semaines). Le fonctionnement de l'oreille moyenne et de la trompe d'Eustache doit être confirmé comme normal avant la plongée.
est prise en compte.

Un problème plus grave peut être la cicatrisation des trompes d'Eustache à la suite d'infections chroniques de l'oreille. Cela peut rendre l'égalisation de l'oreille difficile pour le plongeur. Actuellement, il n'existe pas de procédure chirurgicale permettant de corriger une obstruction partielle de la trompe d'Eustache.

Les enfants comme les adultes ont besoin d'une attention immédiate en cas de symptômes d'infection de l'oreille moyenne et de barotraumatisme. Les symptômes peuvent inclure, sans s'y limiter, une douleur, un bourdonnement ou un sifflement dans les oreilles (acouphènes), une sensation d'audition partielle, diminuée ou étouffée, et un écoulement du conduit auditif.

Suivant : Chapter 5 – Medical Conditions >

Chapitre 5 : Conditions médicales

Your ears and ability to equalize may be affected by various diseases. In this section, we have provided information about two conditions divers often ask about: Meniere’s disease and deviated nasal septum. If you have questions about specific conditions that are not highlighted in this book, do not hesitate to contact the DAN Medical Information Line at +1 (919) 684-2948.

Dans ce chapitre, vous apprendrez ce qui suit :


Meniere’s Disease

Meniere’s disease is a disorder involving recurring episodes of vertigo, which may be associated with vomiting, fluctuating hearing loss, ringing in the ears (tinnitus) and a sensation of increased pressure in the ear.

This chronic condition affects the inner ear. It results in vertigo and hearing dysfunction. A disabling episode of vertigo may involve severe nausea and vomiting. In addition, Meniere’s disease can muffle or impair hearing. Individuals may also experience a sensation of increased pressure in the ear. Migraine headaches have also been linked to this condition.

Prise en charge

Treatment focuses on symptom management. Medications are used to control the vertigo and associated nausea and vomiting. Diuretics are sometimes used to help regulate the excess volume of endolymph (fluid contained in the inner ear) that is associated with Meniere’s disease.

Il est recommandé de consulter un médecin ORL, car des interventions chirurgicales peuvent aider à soulager le patient. Pour obtenir une recommandation dans votre région, envoyez un courriel à ou appeler la ligne d'information médicale DAN au +1 (919) 684-2948.

Aptitude médicale à plonger

Cette affection est variable. Elle peut se résorber spontanément ou évoluer vers l'autre oreille. Si vous risquez de souffrir de symptômes invalidants tels que vertiges, désorientation, nausées ou vomissements, vous ne devez pas plonger ; si ces symptômes surviennent sous l'eau, ils peuvent entraîner la panique, l'étouffement et même la noyade. En outre, ces symptômes peuvent être confondus avec des lésions liées à la plongée, telles que le barotraumatisme de l'oreille interne ou la maladie de décompression de l'oreille interne.


Septum dévié

La déviation de la paroi séparant les deux narines, qui peut entraîner une obstruction des voies nasales et des sinus, est une déviation de la cloison nasale.

La cloison nasale est la paroi qui sépare les deux narines. Lorsque la cloison est déplacée ou courbée, on parle de cloison nasale déviée. En général, cette affection n'a que peu ou pas de conséquences et peut passer inaperçue ; les personnes affectées peuvent éprouver des difficultés d'égalisation. Une cloison nasale déviée peut être présente à la naissance (trouble congénital) ou résulter d'un traumatisme du nez. Elle est souvent découverte lors d'un examen médical de routine. Cette affection a été associée à la sinusite ainsi qu'au barotraumatisme (sinus et oreille moyenne).

Traitement

Les décongestionnants peuvent apporter un certain soulagement. La correction chirurgicale (septoplastie) est généralement réservée aux personnes présentant des symptômes tels que le ronflement, l'obstruction nasale, la sinusite récurrente ou l'apnée du sommeil.

Aptitude médicale à plonger

Il n'y a pas de contre-indication à la plongée en cas de déviation asymptomatique de la cloison nasale. En cas d'infections récurrentes ou de difficultés d'équilibrage, une consultation ORL est suggérée. Pour obtenir une référence dans votre région, envoyez un courriel à ou appeler la ligne d'information médicale DAN au +1 (919) 684-2948.

L' accident de décompression

L'accident de décompression (ADC) est une conséquence indésirable de la plongée. Les mesures visant à réduire le risque d'accident de décompression doivent faire partie de chaque plongée. Ce livret fournit des notions actualisées sur les causes et les mécanismes, les manifestations typiques, la gestion standard et la prévention des DCS.

In this book, you’ll learn about:

Chapter 1 – Introduction to Decompression Sickness
Les mécanismes physiologiques de la SCD
Prévision de l'absorption et de l'élimination des gaz

Chapter 2 – Effective Use of Your Dive Computer
Précautions importantes
Lignes directrices de base
Conseils et astuces spécifiques

Chapter 3 – Diagnosing Decompression Sickness
Signes et symptômes du SCD
Diagnostic différentiel de l'encéphalopathie spongiforme bovine

Chapter 4 – Treating Decompression Sickness
Premiers secours sur place
Évaluation ultérieure
Oxygénothérapie hyperbare
Recompression dans l'eau
Ressources d'urgence

Chapter 5 – Factors Contributing to Decompression Sickness
Charge de travail
Stress thermique
Pratiques optimales
Voyages aériens après la plongée
Condition physique et médicale
État d'hydratation
Mélange de gaz respiratoires
Niveau de dioxyde de carbone
Foramen ovale patent
Facteurs supplémentaires

Chapter 6 – Summary and Closing Thoughts

Références


Crédits :

Rédacteur en chef : Petar Denoble, MD, DSc
Auteur : Neal Pollock, PhD

Chapitre 1 : Introduction à l'accident de décompression

One of the hazards associated with underwater diving is decompression sickness (DCS), caused by uncontrolled release of gas from tissues during or after surfacing.”

Diving is a popular recreational pastime as well as an activity with numerous practical applications in the scientific, commercial, military and exploration realms. While diving can be done safely, it is essential for all divers — no matter what their reason for diving — to appreciate that the underwater environment is unforgiving. Problems may arise during a dive due to insufficient medical or physical fitness, improper use of equipment or inadequate management of the high-pressure environment.

One of the hazards associated with the pressurized underwater setting is decompression sickness (DCS), a condition also known as “the bends.” This chapter explains the basics of DCS, while subsequent chapters provide details regarding its manifestation and management, risk factors that may predispose you to the condition and preventive steps that you can take to minimize your chance of developing it.

Dans ce chapitre, vous apprendrez ce qui suit :


Les mécanismes physiologiques de la SCD

Tension des tissus

When a diver is exposed to an environment of elevated pressure, inert gases (nitrogen, for example) accumulate in tissues. The deeper a dive is, the faster the body’s absorption, or “uptake,” of such gases. When the diver ascends, the drive is reversed, and gas leaves tissues. A diver’s ascent must be controlled to allow for an orderly elimination, or “washout,” of the accumulated gas. A slow ascent, conducted either continuously or in stages, usually allows for safe decompression, whereas a too rapid ascent following gas accumulation can sometimes result in DCS.

La pression de l'air augmente lentement, passant de zéro à la limite de l'espace à une atmosphère (14,7 psi) au niveau de la mer ; la pression de l'eau augmente de façon beaucoup plus spectaculaire, ajoutant une atmosphère de pression pour chaque 33 pieds d'eau de mer.

The concentration, or “tension,” of dissolved inert gas within your body’s tissues is a function of ambient pressure — that is, the pressure of the environment surrounding you at any given time. The inert gases that are not used in your body’s metabolic reactions normally exist in equilibrium with your ambient environment — in the same concentration as in the air around you. Tissues under such conditions are described as “saturated.” Minor pressure changes, such as those created by shifting weather conditions, produce minor pressure variations in atmospheric gases that are then matched by pressure changes in the gases in the body’s tissues. When a pressure difference, or “gradient,” is created, molecules from the area of higher concentration flow toward the area of lower concentration until balance is re-established. Since all of us constantly experience minor changes and corrections of this nature, the gas tension in our bodies is in a state of dynamic, rather than static, equilibrium — even before diving is added to the equation.

Pression

The diving environment puts a significant additional burden on this adaptive mechanism. Here’s why: Pressure is measured using a unit known as an “atmosphere.” There is no actual physical boundary between the Earth’s atmosphere and space, but the atmosphere is often considered to extend 62 miles (100 kilometers) from sea level to the edge of outer space. The pressure produced by this entire column of gas acting at sea level is one atmosphere, equal to 14.7 pounds per square inch (psi) or 101.3 kilopascals (kPa). By comparison, the change in pressure underwater increases by one atmosphere for every 33 feet of saltwater and every 34 feet of freshwater. As a result, any variation you experience in surface atmospheric pressure is extremely modest compared with the variation in pressure you can undergo when you travel vertically underwater; this can create huge gradients in the uptake of gases during your descent and in their elimination during your ascent.

Échange de gaz

Vos poumons constituent le principal lien entre votre corps et l'environnement dans lequel vous vous trouvez à tout moment. Lorsque vous vous exposez à une pression accrue sous l'eau, le gaz contenu dans vos poumons est comprimé. Cela crée un gradient entre les poumons et la circulation sanguine et, par la suite, entre la circulation sanguine et les tissus qui sont perfusés ou alimentés en sang oxygéné. Vos tissus absorberont du gaz inerte jusqu'à ce que le gradient soit éliminé, un état effectif d'équilibre, ou de saturation, avec la pression environnementale environnante. Il faut une longue exposition pour atteindre la saturation complète, mais une fois qu'elle est atteinte, le fait de rester plus longtemps n'augmente pas l'absorption de gaz ni la décompression nécessaire.


Prévision de l'absorption et de l'élimination des gaz

Compartiments tissulaires

This natural physiological mechanism can be predicted by a series of mathematical algorithms based on “half-time compartments,” which approximate the exponential uptake and elimination patterns expected in various types of perfused tissues. The key to these algorithms is that different parts of the body take up and eliminate inert gases at differing rates — for example, blood is considered a “fast compartment” and bone a “slow compartment.” (The term “compartment” is not meant as an exact referent for these tissues but, rather, as a mathematical construct to estimate what happens in various parts of the body.)

Les tissus les plus rapides sont les poumons, qui atteignent l'équilibre presque instantanément. Le sang suit en vitesse, puis le cerveau. Les tissus les plus lents sont ceux qui sont relativement mal irrigués, comme les ligaments et le cartilage, ou ceux qui ont une grande capacité d'absorption des gaz inertes, comme la graisse dans les zones mal irriguées. L'utilisation d'un algorithme mathématique pour estimer l'état des tissus s'explique par le fait qu'il n'est pas encore possible de mesurer directement l'absorption ou l'élimination dans des tissus spécifiques.

Pour un tissu théorique dont la durée est de 10 minutes, 50 % de la différence est éliminée au cours des 10 premières minutes, puis 25 % au cours des 10 minutes suivantes (la moitié des 50 % restants), puis 12,5 % au cours des 10 minutes suivantes, et ainsi de suite.

An example may demonstrate how the algorithms work. Let us imagine a diver who has been instantly displaced from the surface to a fixed depth — effectively, a fixed pressure — and let us say that in this particular dive scenario, a fast compartment has a half-time of five minutes. In such a case, the first five minutes of exposure to the higher pressure would result in sufficient inert gas uptake to eliminate half of the difference produced by the pressure gradient (50 percent, in other words); this is the steepest portion of the uptake curve. The second five-minute period would eliminate half of the remaining difference (another 25 percent). The third five-minute period would eliminate half of the remaining difference (12.5 percent); the fourth, 6.25 percent; the fifth, 3.125 percent; and so on. This exponential pattern means that the rate of change becomes progressively slower as the magnitude of the difference decreases. The example described a fast compartment; half-times for slow compartments have been computed in some algorithms out to almost 500 minutes. In decompression theory, the absolute difference in pressure is immaterial — the same half-time construct applies to any gradient. With no additional influences on the process, equilibration, or saturation, would be achieved in a period equal to about six half-times. As gas dissolves in the tissue, the difference between the external pressure and internal pressure decreases, reducing the driving force.

Most dives do not last long enough for the diver to reach saturation — these are known as “bounce dives.” During such exposures, the inflow gradient exists throughout the descent and bottom phase of the dive, which causes continued uptake of inert gases, certainly in the body’s slow compartments and probably in intermediate compartments. When the diver starts to ascend, and the ambient pressure starts to drop, the gradient begins to reverse — first in fast compartments and then in progressively slower compartments.

Degré de sursaturation

Effectively, during and after surfacing, most of a diver’s tissues will be supersaturated in comparison with the ambient pressure. If the degree of supersaturation is modest, inert gases can travel in an orderly manner from the body’s peripheral tissues into the blood and then to the lungs, from where they can be exhaled to the atmosphere. But if the degree of supersaturation is too great, the elimination of inert gases becomes disorderly. In this case, gas bubbles can form in the tissues of the diver’s body.

La formation de bulles ne pose pas toujours de problèmes, mais plus le gradient ou le degré de sursaturation est élevé, plus les signes et les symptômes de DCS risquent de se manifester. 

It is a dangerous misconception that measurable bubbles form after all dives and are of no importance. But at the same time, it is a misconception that bubbles visualized in the blood stream in and of themselves signal DCS. The formation of gas bubbles during decompression represents a stress greater than is optimal and may lead to DCS. It is best to follow conservative dive profiles to minimize the likelihood of bubble formation. The greatest difficulty is in knowing what counts as “conservative,” since most divers have never been monitored for bubbles, and uptake and elimination is altered by a number of factors in addition to the pressure-time profile.

The half-time compartment calculations are used to generate exposure-limit predictions for a range of hypothetical compartments. In paper or plastic form these are known as “dive tables.” Modern dive computers allow for much more flexible guidance since they are able to continuously monitor the pressure-time profile and simultaneously compute the status of a variety of theoretical tissue compartments. But in reality, the picture is much more complex. Gas exchange is influenced by more than just the pressure-time profile. So while it is important for divers to understand the concepts behind calculating half-time compartments, divers must also keep in mind that a wide range of factors can influence gas uptake and elimination and effectively alter decompression risk. Thus the onus is on the diver not to rely too heavily on a table or device for safety.

Suivant : Chapter 2 – Effective Use of Your Dive Computer >

French